Nea Borgel

BIOGRAPHIE

Nea Borgel est une artiste polymorphe, inclassable, dérangeante et solitaire. Peut-être parce qu’elle est scorpion ascendant sagittaire et serpent chez les chinois, comme Picasso. Peut-être aussi parce que son prénom vient d’un livre érotique et raconte l’histoire d’une jeune perverse. Ou peut-être encore parce que sa vie, ses expériences, ses rencontres, lui laissent une particulière lucidité sur la nature humaine, avec les joies et les déchirures inhérentes qu’elle essaie de transformer en un récit esthétique et sensible. Pour cela, elle utilise la peinture, le dessin, la photo, la création numérique, le pochoir, le collage et le volume. Elle se perd, et s’éparpille, se répand, parce qu’elle refuse les étiquettes, et toute forme d’enfermement. Être artiste c’est être libre, non ? De la couleur, de l’érotisme, de la psychanalyse, de la géométrie, des archétypes de Jung à la physique quantique, pour elle sciences et esprit sont intimement liés. Elle cherche le lien, ce lien, qui nous unit tous les uns aux autres, car pour elle c’est là que réside le seul espoir de notre humanité. A la fois sensible et sauvage, ne vous y trompez pas, sa douceur cache une violence profonde. Elle expose à Bruxelles avec la Galerie Peep Art, à Paris avec la Galerie Le Lavo-matik entres autres lieux. Elle a également été cotée Artprice en 2016.

La main est un cheval qui galope     Paris Art Magazin     Un goût de liberté : entretien avec l’artiste