David Drioton

BIOGRAPHIE

 

De Pop’Art en poppies, patchworks et graffiti

Très jeune, David quitte la Provence pour Paris où il suivra 2 ans d’enseignement Martenot. Il restera 10 ans dans la capitale avant d’opter de nouveau pour le calme d’une vie rurale et découvre à 100kms de Paris, le métier de jardinier-paysagiste. Il crée alors avec la nature de véritables tableaux vivants et orchestre des végétations exubérantes aux couleurs sans cesse renouvelées.

Au-delà de son importante rencontre avec le peintre Nadine Foster qui l’aidera à affiner sa technique et surtout à professionnaliser son approche picturale, la découverte de l’œuvre de Jackson Pollock sera pour lui décisive face à la liberté qu’elle véhicule. En 2010, il boucle géographiquement… la boucle et redescend jusqu’à Saint Maximin dans le Var. Les couleurs jaillissent et se superposent aujourd’hui dans un foisonnement étourdissant et une vitalité qualitative qui lui permettra de gagner un important concours d’affiche en 2011. Par ailleurs, les affiches déchirées sur les murs du métro Parisien lui donneront l’impulsion d’intégrer en marouflage des fragments soigneusement déchiquetés avec, en support, la nostalgie d’icônes et de réclames d’avant-guerre et jusqu’aux années 50. « Illustration » voisine avec « Vogue » et « Match » et des fleurs écarlates peintes par l’ex-jardinier s’égayent aux tourbillons de la vie, entre art nouveau, esprit bucolique et contemporanéité. On hume cette atmosphère de vide-greniers où il puise de nouvelles idées Pop’Art de collages et d’assemblages avec, depuis peu, des 33 tours vinyle, en vadrouille sur le motif, avec sans nul doute le top 50 des années 50 en mémoire gravée dans leurs sillons.

NEWSLETTER

Restez informé sur ARTree.

Inscrivez-vous à la newsletter :